Chères Vertes, Chers Verts,

Nous le disons dans notre programme de législature à venir : « Les institutions de la petite enfance sont une réponse au besoin de socialisation des tout petits et de leurs familles, ainsi qu’aux besoins des parents de conjuguer vie familiale, travail et épanouissement personnel. » Pour augmenter le nombre de places dans ces institutions et en créer de nouvelles, il existe depuis 2003 une Loi fédérale sur les aides financières à l’accueil extra-familial pour enfants.  Le programme d’impulsion qui en découle a été prolongé pour la période 2010-2014 par le Parlement, qui a également autorisé un nouveau crédit d’engagement de 120 millions de francs.

Bilan après 11 ans (jusqu’en février 2014)

Depuis l’entrée en vigueur de la loi fédérale, la Confédération a soutenu la création de 43’255 nouvelles places d’accueil. Ceci correspond à une augmentation d’environ 87% de l’offre d’accueil estimée.

Un tiers des places a été créé en Suisse romande et au Tessin. A Genève, le nombre de nouvelles places s’élève à 2’259 (1’018 en Ville) grâce à une manne fédérale de plus de 6’000’000.-.

Sous ma législature, ce sont les Espaces de Vie Enfantine de la Dent de Lait, Carfagni-Prieuré, Isabelle Eberhardt, BeauSoleil, Menthe à l’eau, Jeanne Hersch et l’arcade Duparc qui ont bénéfice des subsides fédéraux ; ce qui n’est pas encore le cas de l’EVE des Gazouillis, dont l’extension est terminée mais pour lequel la manne fédérale est suspendue à la prolongation de quatre ans. Si cette nouvelle tranche de crédit est votée, les projets en cours tels que l’EVE Ella Maillart, les agrandissements de Chateaubriand, Chandieu et CMU feront l’objet d’une demande d’aide financière de  l’ordre de Frs 3’000’000.-.

Arguments en faveur d’une nouvelle prolongation

Une étude d’évaluation au niveau suisse fait ressortir la pérennité des structures d’accueil créées avec des aides financières : 98 % des structures d’accueil collectif de jour et 95 % des structures d’accueil parascolaire existent toujours après la fin de la période de contribution.

Les structures d’accueil aident grandement les parents à concilier vie professionnelle et vie familiale. Sans places d’accueil, 65 % des parents d’enfants placés en structure d’accueil collectif de jour et 45 % des parents d’enfants fréquentant une structure d’accueil parascolaire devraient mettre un terme à leur activité professionnelle ou du moins la réduire.

La balle est dans le camp du Conseil national

Le Conseil national traitera cet objet à la session d’automne qui débute le 8 septembre. Il lui sera proposé de prolonger la durée de validité de la loi jusqu’en 2019 et d’investir 120 millions de francs.

Diverses modifications du texte sont souhaitées par des minorités parlementaires. J’appelle cependant la grande majorité du Parlement à voter ce texte, si utile et nécessaire pour l’ouverture de crèches mais également pour les structures parascolaires, qu’il me tient à cœur d’augmenter et de diversifier en Ville de Genève.

Volontairement vôtre,

Esther Alder

Les actualités de mon Département et les miennes sur ma page facebook