Ana Barciela

Considérant

  • Que le nom de Genève, Genua en latin (puis plus tard Genava), apparaît pour la première fois en 58 av. J.-C. sous la plume de Jules César, dans le De Bello Gallico, ses commentaires de la Guerre des Gaules.
  • Qu’il y a plus de 3000 ans, une ville se donne un destin. Au carrefour des grandes voies de communication reliant la Méditerranée au nord de l’Europe, Genève sera ville d’échanges d’idées et de biens
  • Que Genève acquiert tôt dans l’histoire la renommée internationale de centre de commerce d’une certaine importance. Les foires qui se tiennent dans ses murs et qui atteignent leur apogée vers le milieu du XVIe siècle consacrent son rôle stratégique dans les circuits économiques.
  • Que le commerce rhodanien, son organisation ainsi que la diffusion des marchandises sont ensuite mises à l’honneur. Des navires venus de tous les horizons faisaient étape à Arles et une partie de leur chargement, remontant le cours du Rhône, était redistribuée via Genève jusqu’au-delà du Rhin.
  • Que Genève est une ville de commerces où les échanges commerciaux se font depuis des générations très anciennes.
  • Que la ville est riche en artisan-e-s qui souhaitent exposer et mettre à la vente leurs produits à tous les publics.
  • Que les artisan-e-s se sont constitué-e-s en une association, les Métiers d’Art Genève (MAG), qui organise conjointement avec la Ville et le Canton notamment les Journées européennes des métiers et d’art (JEMA).
  • Que les produits faits à la main sont de grande qualité, leur exposition au grand public viendra montrer la qualité du travail de nos artisan-e-s.
  • Que les rues de Genève sont depuis des temps anciens des lieux de commerce, comme le soulignent les Journées du Patrimoine.
  • Le Marché de Noel, organisé depuis quelques années entre les Bastions et le jardin Anglais
  • Les formidables outils que sont le Règlement sur le Plan d’utilisation du sol ainsi que le Plan directeur communal pour faire de la place et privilégier les activités artisanales au sein du territoire de la Ville de Genève.

Le Conseil municipal invite le Conseil administratif à :

  • Favoriser les foires des artisan-e-s locaux dans les rues de Genève en exposant leurs produits faits à la main.
  • Faire plus de place aux artisan-e-s de la place lors du marché de Noel.
  • Donner la possibilité d’exposer davantage sur l’espace public, comme c’est le cas dans le cadre du marché de la Fusterie ou des manifestations plus ponctuelles comme celle du Marché des artistes et artisan-e-s de Plainpalais.
  • Recréer des liens plus étroits entre les artisan-e-s et la population pour connaitre leur travail à travers les foires réalisées en ville.
  • Prendre en compte les métiers d’art et l’artisanat autant que faire se peut dans la rédaction du nouveau Plan directeur communal 2020-2030 afin de leur réserver les surfaces nécessaires.