Communiqué de presse

Les Vert.e.s ont déposé ce mardi 23 juin, une motion pour protéger les jeunes des violences lgbtiq-phobes au sein des institutions de la Ville de Genève. Après la votation du 9 février 2020 en faveur de la pénalisation de l’homophobie et le soutien au mariage pour toutes et tous, accepté au Conseil national, la lutte pour les droits des personnes LGBTIQ continue à l’échelon municipal.

À l’approche des vacances scolaires, les enfants et adolescent.e.s vont être nombreux.ses à profiter des offres municipales au travers des associations, des camps de vacances et des activités des maisons de quartier. Si la prévention des violences lgbtiq-phobes est présente au sein des établissements secondaires, elle fait défaut en ce qui concerne les structures municipales de la Ville de Genève (ludothèques, bibliothèques, maisons de quartier, etc.).

Alors que le taux de suicide est 2 à 5 fois plus élevé chez les jeunes LGBTIQ, il convient d’assurer une sensibilisation et une vigilance accrues tout au long de l’année, ainsi qu’à la veille des vacances estivales.

Dans cette optique, les Vert.e.s ont déposé ce mardi la motion pour « Une politique de prévention des violences lgbtiq-phobes dans toutes les offres de la jeunesse proposées ou soutenues par la Ville de Genève ». La motion, soutenue par des élu.e.s de tous les partis de gauche, du PDC et du PLR, demande que la lutte contre ces violences et discriminations devienne une priorité de la politique de la jeunesse, mais également qu’elle soit présente dans les conventions de subvention passées avec les organismes de droit privé oeuvrant dans le domaine de l’enfance et de la jeunesse. « Il est important d’œuvrer depuis le plus jeune âge à la prévention de toute forme de discrimination. Parler de diversité aux enfants et aux ados est le meilleur moyen pour que celle-ci fasse partie de leur normalité. C’est le but de cette motion », explique Matthias Erhardt, conseiller municipal vert, coprésident de la Fédération genevoise des associations LGBTIQ et porteur de ladite motion.

Ce texte s’inscrit dans un contexte historique après l’acceptation par le peuple de la pénalisation des actes et propos à caractère homophobe en février 2020, et après la large acceptation du Conseil national en ce qui concerne le mariage civil pour tou.te.s. Il fait également suite à la résolution 252 de mars 2020, « Plus qu’une simple phobie, l’homophobie est un délit et la Ville de Genève soutient sa pénalisation » qui demandait au Conseil administratif de mettre à disposition tous les moyens nécessaires pour prévenir et lutter contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie. Les deux textes se rejoignent sur la nécessité de former les employé.e.s de la Ville pour l’encadrement des jeunes.

Le combat pour les droits des personnes LGBTIQ enregistre ces premières victoires mais l’engagement continue pour construire à tous les échelons, une société respectueuse, ouverte, diverse et tolérante.

Contact :

Matthias Erhardt, conseiller municipal en Ville de Genève, coprésident de la Fédération genevoise  des associations LGBTIQ, 078 649 45 45 – matthias.erhardt@icloud.com

Delphine Wuest, cheffe de groupe, conseillère municipale en Ville de Genève, 079 312 96 33 – dthais78@yahoo.fr